Dernières news

Panique à BUTEMBO : le porte-parole des FARDC rassure « qu’il n’y a pas de rebelles »

Le porte-parole des FARDC, le capitaine Mak HAZUKAY, dément formellement la présence des présumés rebelles dans la ville de BUTEMBO (Nord-Kivu), et ce, contrairement à la panique constatée ce dimanche dans la matinée.  Mak HAZUKAY a rassuré qu’il s’agissait d’un groupe de jeunes gens, qui sont présentement sous contrôle des forces de l’ordre.

Joint au téléphone ce lundi 17 septembre par la rédaction de EDTV, le capitaine Mak HAZUKAY a déclaré ce qui suit : « il n’y a pas de rebelles à BUTEMBO. C’étaient des jeunes gens… Ils ont été capturés. Il s’agissait des Maï-Maï-non autrement identifiés- qui ont marché nu dans la ville ».

Tenant en mains lances et autres ustensiles en provenance de LOUTU, ces présumés rebelles se dirigeaient vers le rond-point NZIAPANDA dans la ville de BUTEMBO. « On les a capturés. Ils sont déjà entre nos mains, il y a un blessé. Donc tout est calme. Ces Maï-Maï ont été neutralisé », ajoute-t-il.

Béni: 4 autres corps des pêcheurs congolais retrouvés sans vie sur le lac Édouard.

C'est dans la matinée de ce mardi 11 septembre 2018 que quatre corps identifiés comme appartenant aux pêcheurs ont été retrouvés sur les eaux du lac Édouard. 

Des sources sur place, ces quatre pêcheurs habitant de KYAVINYONGE en en chefferie de BASHU (territoire de de Béni) auraient été tués en date du 07 septembre dernier lorsque la marine ougandaise a tiré a balle réelle sur un convoi des pêcheurs congolais pour les chasser pendant qu'ils exerçaient leur activité de pêche sur ce lac que se partage la RDC et l'Uganda voisin.

« Ce sont des pêcheurs congolais de KYAVINYONGE qui ont été retrouvés sans souffle de vie. Quatre corps au total, ce sont les corps qui étaient portés disparus depuis vendredi 7 septembre dernier et finalement ces corps ont été confirmés comme ceux des habitants de KYAVINYONGE qui avaient été tués lorsque la marine Ougandaise tirait sur les eaux du Lac Édouard en plaine patrouille. Ces corps sans souffle de vie ont été retrouvés ligotés puis calcinés. Les corps avaient des corps de brûlure et selon les témoins qui ont échappé à cette situation, il s’agissait de la marine Ougandaise qui avait d’abord pris les pêcheurs puis les conduire à la baie du Lac Édouard puis les calciner ligotés » a indiqué un habitant de la région.

La réaction du Directeur Général de l’Institut supérieur de Commerce ISC/Goma à la lettre ouverte lui adressée par Maitre Jean-Paul LUMBULUMBU MUTANAVA au nom de la notabilité du Nord-Kivu mettant en cause sa décision d’exclure définitivement 12 étudiants et annuler l’examen de 243 autres de l’option Douane et accises jour après que ces derniers aient clisser le questionnaires d’une des leurs épreuves de la seconde session sur les réseaux sociaux.

En effet le Docteur Joseph KITAGANYA tout en critiquant du point de vu fond et forme la correspondance de Maitre LUMBUMBU  met en cause le bagage intellectuel de celui-ci vu incompatibilité selon lui entre le statut qu’il a dans la société et sa réaction à ce sujet. Il dit ne pas comprendre comment un homme se réclamant être juriste peut favoriser la tricherie dans le milieu universitaire.

«Je dirai e réalité quand j’ai essayé de lire ce que Maitre LUMBUMBU a écrit je me suis pose mille et une question, mais aussi je pouvais mettre en cause son bagage intellectuel c’est une correspondance du point de vu forme qui laisse à désirer. Il y’a plein des fautes et là je me demande ‘il a écrit ça à la hâte car quelqu’un qui peut lire ça se dira donc les maitres écrivent ainsi ? Pendant que nous avons des Maîtres qui sont dignes de ce nom. Que ça soit du point de vu sémantique ou syntaxique c’est comme s’il n’a jamais étudié.

 

FELIX TSHISEKEDI, L’INCONTOURNABLE CANDIDAT COMMUN DE L’OPPOSITION.

L’invalidation lundi 3 septembre 2018, par la cour constitutionnelle de Jean Pierre BEMBA et d’ALDOLPHE MUZITO relance avec acuité l’épinceur problème de désignation du candidat unique de l’opposition afin d’arracher l’alternance politique tant recherchée.

Selon plusieurs observateurs avisés, il y a prés de quatre personnalités qu’on peut considère comme les plus significatives et susceptibles de prétendre à cette désignation. L’on cite par exemple GABRIEL MOKIA, NOEL TSHIANI, VITAL KAMERHE ET FELIX TSHISEKEDI.

Mis à la loupe, les deux premiers cités n’ont aucune chance. MOKIA fait trop de bruit alors que ses partisans ne peuvent même pas remplir une cabine téléphonique. C’est donc un candidat pour rire, à l’injure facile et qui ne manque jamais de se bagarrer sur les plateaux de chaines de télévision.

Sous-catégories

Nos partenaires