Dernières news

NORD-KIVU: LA VILLE DE BUTEMBO DÉJÀ ÉLECTRISÉE EN MARGE DE L'ARRIVÉE DU CHEF DE L'ÉTAT FELIX TSHISEKEDI.

A un jour avant l'arrivée annoncée du président de République Démocratique du Congo Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO dans la ville de Butembo au nord de la province du Nord-Kivu, après son séjour au Haut-Katanga et en Ituri,  cette plus grande ville commerciale du Nord-Kivu est déjà en liesse et mobilisation en marge de l'accueil du premier citoyen de la République.

Outre les caravanes motorisées depuis ce lundi 01 juillet 2019 sur les grandes routes et la quasi-totalité des quartiers que compte la ville de Butembo, les affiches  et grands calicots portant des messages de bienvenue sont déjà visibles sur différents carrefours et coins stratégiques de cette plus grande ville commerciale au Nord-Kivu sans oublier les divers messages de mobilisation diffusés déjà sur les antennes des certaines chaînes radios locales. Bref, l'ambiance est déjà au Zénith et il ne manque que l'arrivée du Chef de l'État preuve sauf changement entre ce mardi 02 et mercredi 03 juillet 2019.

KALEHE: UN NOUVEAU CAS DE NAUFRAGE SURVENU CE LUNDI MATIN SUR LE LAC KIVU.

Le lac Kivu entre la province du Sud et du Nord-Kivu dans l'est de la République Démocratique du Congo vient  de faire encore des victimes dans la matinée de ce lundi 06 mai 2019.

Ceci suite à un nouveau naufrage d'une pirogue motorisée en provenance du groupement Buzi-Minova en territoire de Kalehe au Sud-Kivu et qui se rendait à Kituku au Nord-Kivu renseignent les sources de la société civile de Kalehe.

Delphine Birimbi modérateur du cadre Territorial de cette structure citoyenne en territoire de Kalehe parle du mauvais chargement ainsi que de la tempête sur le lac comme cause majeures dudit naufrage dont le bilan provisoire est de deux corps sans vie et une trentaine des rescapés repêchés des eaux actuellement avant d'indiquer que les recherches sont jusque-là en cours pour retrouver d'autres corps.

EXPOSE DES MOTIFS

Depuis son accession à l’indépendance le 30 juin 1960, en dépit de son aspiration démocratique, la République Démocratique du Congo n’a jamais expérimenté l’alternance démocratique.

Cette aspiration est souvent entravée par des crises politiques et rébellions à répétition. De manière générale, ces crises tirent leur origine dans l’insécurité éprouvée par des anciens animateurs des institutions et de corps constitués de la République.

C’est pourquoi, par la Constitution du 18 février 2006 telle que modifiée à ce jour, le peuple congolais, toujours épris de l’idéal démocratique, s’est engagé dans un projet de société démocratique assis notamment sur les fondements ci-après :

(i) la dévolution du pouvoir par la voie des urnes dans le respect de la Constitution ;

(ii) l’élection du Président de la République au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelables une fois ;

(iii) la prohibition aussi bien de la conquête et de la conservation du pouvoir par la force que du renversement de tout régime constitutionnel.

Dans la même perspective, l’article 104 alinéa 7 de la Constitution fixe le sort des anciens Présidents de la République élus.

Cependant, force est de constater à ce jour que ces mécanismes s’avèrent insuffisants pour garantir l’alternance démocratique, ainsi que la stabilité et la pérennité des institutions de la République pour la consolidation de la démocratie.

À cet égard, outre le fait que, sur pied des articles 70, 104 alinéas 7 et 122 points 6 et 14 de la Constitution, la présente loi fixe le statut des anciens Présidents de la République élus, elle entend consolider la démocratie, en l’occurrence par le mécanisme de l’alternance démocratique. Elle détermine également les droits et devoirs reconnus aux anciens chefs de Corps constitués, compte tenu de l’importance du rôle qu’ils jouent au sein de l’appareil de l’Etat et de leur grande influence sur la vie politique nationale.

En effet, la République est un tout composé de plusieurs institutions fonctionnant en synergie. Par conséquent, toute démarche tendant à marginaliser certaines institutions ne saurait contribuer à atteindre l’idéal démocratique auquel le peuple congolais aspire tant depuis l’accession de la République Démocratique du Congo à la souveraineté internationale.

GOMA : LA LUCHA DEVANT LA DIRECTION DE AIRTEL POUR DIRE NON A LA SURFACTURATION ET MAUVAISE QUALITÉ DE SES SERVICES. 

Les militants du mouvement citoyen Lutte pour le Changement LUCHA, ont organisé un sit in devant les installations abritant le bureau régional/est de la maison de télécommunication Airtel Congo dans l'avant midi de ce vendredi 03 mai 2019 en plein centre-ville de Goma Chef-lieu du Nord-Kivu.

Ceci pour se joindre à leurs pairs qui ayant fait des manifestations similaires dans d'autres coins et ville du pays depuis quelques jours. A travers cette action, ces derniers veulent interpeller la société de télécommunication Airtel Congo afin de revoir à la baisse le coût exorbitant de ses forfaits internet, appels et messages ainsi que le double payement lors d'une transaction financière par Airtel money, des facturations qui ne correspondent pas au niveau de vie de la population  Gomatracienne et Congolaise en général selon ces manifestants.

Ces jeunes activistes déplorent en outre la mauvaise qualité des services que Airtel propose à  ses abonnés. Que ce soit du point de vu appel ou de la connexion internet.

Sous-catégories

Nos partenaires